À propos du conflit

Le Hameau des Buis a souvent été présenté comme la réalisation aboutie d’un écovillage exemplaire en France. Pourtant…

Devant l’ampleur médiatique que Sophie Rabhi et Laurent Bouquet donnent au conflit qui les oppose au collectif du Hameau des Buis (dont ils n’ont jamais souhaité faire partie), à travers l’école La Ferme Des Enfants, nous, co-fondateurs/habitants de cet écolieu  estimons nécessaire de nous exprimer sur ce sujet.  

Comment en est-on arrivé là ?

Le domaine du HDB est la propriété de la SC HDB composée de 3 associés :

  • La Ferme des Enfants (LFDE):association regroupant les membres et parents d’élèves de l’école alternative,
  • SARL MVF : actionnaire au titre de son soutien financier à la Société Civile du Hameau Des Buis,
  • Association du Hameau des Buis (AHDB): association dont les membres actifs sont habitants du lieu et qui a pour vocation de gérer et faire vivre l’écovillage.

Il est important de dire que la Société Civile du Hameau des Buis  est financée à hauteur de 2200k€ par les habitants des maisons bioclimatiques, de 52k€ par l’Association La Ferme des Enfants. Précisons également que ces sommes n’ayant pas suffi à construire les maisons il a fallu emprunter plus de 1500k€ à l’extérieur, et que cette dette de 1500k€ est actuellement remboursée mensuellement par les loyers des habitants, LFDE  ne supportant pas la dette alors qu’elle était officiellement propriétaire du foncier avec 99.6 % des parts sociales.

Suivant son projet initial, le Hameau intergénérationnel devait assister et accompagner une école alternative, selon un mode de fonctionnement participatif et démocratique. Malgré quelques tensions inévitables et somme toutes naturelles dans un collectif, les décisions étaient prises « au consentement », jusqu’à une série d’incidents survenus en 2018.

C’est à l’occasion de ces évènements que nous avons pris conscience du décalage existant entre le fonctionnement présenté et le mode de gouvernance effectivement pratiqué en filigrane par les initiateurs. Ainsi, lors d’une prise de décision collective, Sophie et Laurent ont présenté leur position d’actionnaire principal et de gérant officiel pour faire valoir un droit de véto et une prévalence de leur vision.

Il y a alors eu une prise de conscience accélérée d’une dérive autoritaire, que nous n’avons pas voulu approuver, et que  nous n’avons pas voulu suivre. Nous avons eu le sentiment à ce moment là que ces deux personnes ne servaient pas un projet collectif, mais se servaient du collectif pour construire et financer leurs projets personnels. Un idéal était trahi.

Une crise importante au sein de l’école, doublée d’irrégularités dans la gestion administrative de cette dernière menaçant la pérennité de l’écolieu dans son ensemble, a conduit à un transfert de la majorité des part sociales de LFDE à AHDB en novembre 2018.

Début 2019, nous découvrions la signature dissimulée par Sophie et Laurent (présidente et gérant) d’un avenant au bail de LFDE, conclu exclusivement dans leurs propres intérêts. Nous avons alors tenté,par la discussion, d’établir une version équitable de ce bail pour tous les acteurs du lieu. 

A notre proposition de rencontre avec LFDE, mise au centre du conflit par Laurent et Sophie, la réponse a été une mise en demeure exigeant l’obtention d’un bail emphytéotique sur la totalité du foncier du HDB (à l’exception toutefois des maisons) pour 100€ mensuels sur une durée de 99 ans, sous peine d’une action en justice visant à récupérer les parts sociales.

Donc, où en sommes-nous aujourd’hui ?

Nous en sommes à une judiciarisation du conflit par une action intentée par MVF,actionnaire prêteur qui soutient LFDE : l’AHDB et la SC sont assignées en justice pour que LFDE récupère la propriété du foncier, sous le prétexte que l’ASSEmblé Générale organisée par le gérant de l’époque Laurent Bouquet approuvant la répartition actuelle des parts, comportait un vice de forme. 

Comment vivons-nous ce conflit ?  Que nous apprend-il ?

Tout d’abord, il faut parler de ce qu’est le collectif du Hameau des Buis : c’est un ensemble de personnes, dont de nombreux retraités, qui sont venues vivre ici dans un souhait de cohérence avec leurs valeurs, avec l’intention de rejoindre un collectif intergénérationnel qui s’engage pour une transition écologique, sociale et relationnelle. Nous n’avons pas choisi de vivre en conflit, et souffrons de cette situation. Nous prenons conscience que la perception des faits par les uns peut différer de celle des autres.

Ce conflit nous a aussi amenés à nous écouter, et à regarder sans les craindre les côtés obscurs de chacun, nos difficultés à accepter des opinions ou des choix différents des nôtres. Il nous a permis de consolider la confiance que nous avons les uns dans les autres : puisque nous nous écoutons, nous nous comprenons mieux et nous savons ce que nous pouvons attendre ou pas les uns des autres

Cette crise interne au Hameau des Buis, qui n’est pas une crise interne du collectif, a aussi permis au collectif de réellement et concrètement mettre en œuvre une gouvernance partagée, démocratique et respectueuse de chacun au sein de l’écovillage. Au-delà des théories et concepts (holacratie, cercles, rôles, …), nous expérimentons une organisation humaine qui fait preuve d’efficacité et prend tout son sens au sein de notre démarche collective, en lien avec nos valeurs. 

Le collectif du HDB souhaite poursuivre sa démarche dans son expérimentation d’un mode de vie simple, respectueux de l’Humain et de la Nature, en s’appuyant sur la diversité de nos sensibilités et compétences, pour poursuivre notre chemin dans la situation actuelle. 

Nous n’avons rien à prouver, pas de renommée à entretenir, nous souhaitons juste partager notre aspiration à incarner un possible changement.